Les allergies de printemps : Conseils et macérats glycérinés

 

Conseils concernant les allergies saisonnières de printemps

L’allergie pollinique (rhume des foins, allergie au pollen, rhinite allergique, rhinite saisonnière), dont la prédisposition est souvent héréditaire, est une réaction à un ou plusieurs types de pollen.

Il s’agit d’une réaction du système immunitaire aux protéines en soi inoffensives des pollens. L’inspiration ou le contact direct avec le pollen entraîne chez l’allergique une libération d’histamine, qui mène à une inflammation de la conjonctive des yeux et de la muqueuse nasale.

La moitié des allergies en France sont dus aux pollens dont les plus fréquents sont : Les graminées, le bouleau dans le nord de la France, l’ambroisie, le thuya, le cyprès, le genévrier dans le sud de la France.

 

Comment se protéger des pollens ?

Aérer son intérieur au bon moment : Il faut continuer à aérer même en pleine saison des pollens car cela permet de renouveler votre air intérieur. Choisissez le bon moment pour ouvrir vos fenêtres : avant 9 heures ou après 20h. La concentration de pollens présents dans l’air est en effet moins importante quand les températures sont fraîches et l’humidité de la rosée va plaquer les pollens au sol.

Quand vous sortez :

  • Choisissez un vêtement que vous pouvez enlever facilement et que vous nettoierez régulièrement. Il va capter et retenir les pollens.
  • Évitez de porter des lentilles de contact souples, qui sont perméables et absorbent donc le contenu des larmes. Conséquence : le pollen risque de se coller à votre œil, ce qui peut augmenter vos symptômes allergiques.  Privilégiez plutôt les lunettes, les lentilles rigides ou les lentilles souples jetables.
  • Pour éviter que des pollens ne se déposent sur la conjonctive de l’œil et provoquent rougeurs, picotements et larmoiements, il est recommandé de porter des lunettes de soleil même quand le ciel est voilé. Dans la mesure du possible, ne sortez pas quand il y a du vent.

Si vous circuler en voiture :

  •  Roulez les vitres fermées. Équipez votre voiture d’un filtre à pollens (10 euros environ) à fixer sur le système de ventilation. Changez-en chaque année : un filtre encrassé ne retient pas de façon efficace les pollens venant de l’extérieur.
  • Par beau temps venteux, lorsque la concentration de pollens est plus élevée, il est conseillé de limiter les séjours à l’air libre. À l’inverse, la pluie réduit la quantité de pollen en suspension dans l’air.
  • Éviter de sortir juste avant un orage. La chaleur et la période précédant les orages favorisent la prolifération des pollens qui atteignent un pic juste avant que l’orage éclate. En outre, l’alternance des périodes chaudes et des épisodes orageux ne fait que favoriser la pollinisation des graminées.

Respirer par le nez car à l’intérieur du nez se trouve les poils et cils qui vous protègent. Ils captent les pollens et les empêchent de se diffuser dans le corps. Mouchez-vous aussi souvent et rincez-vous le nez avec du sérum physiologique

En règle générale :
  • Prendre une douche le soir

Les pollens peuvent s’accrocher à votre peau, à vos cils, à vos cheveux. La solution pour ne pas les laisser s’accumuler dans votre intérieur, voire dans votre lit : prendre une douche et se laver les cheveux chaque soir. Si cela est trop contraignant, au moins brossez vos cheveux au-dessus du lavabo et rincez votre visage à l’eau.

  •  Se laver le nez pour chasser les pollens matin et soir avec un sérum physiologique ou un spray d’eau de mer permet d’éliminer au fur et à mesure les allergènes (les pollens) qui s’accumulent dans les muqueuses nasales.
  • Lavez vos mains régulièrement pour enlever les pollens afin d’éviter de les déposer involontairement sur vos yeux ou autre endroit du corps.
  • Traquer le pollen sur ses vêtements

Les plus fines particules de pollen peuvent s’insinuer dans les fibres de tissus de vos vêtements. Pour limiter ce problème, brossez vos vestes et vos pantalons quand vous rentrez chez vous, laissez les chaussures dans l’entrée, prenez une douche et changez de vêtements. Ne pas se déshabiller dans la chambre à coucher et ne gardez pas dans votre chambre les vêtements que vous ne changez pas chaque jour (manteau, veste).

  •  Éviter l’exposition aux autres substances irritantes ou allergisantes en air intérieur (tabac, produits d’entretien, parfums d’intérieur, encens, etc.).
  •  Ne pas se baigner en piscine. Le chlore peut aggraver les symptômes d’une rhinite allergique. Alors, quand le pollen est dans l’air, limitez vos baignades en piscine, en particulier celles qui sont fermées. 
  •  Ne pas faire sécher le linge en extérieur. Un linge humide, qui sort de la machine à laver, capte davantage les pollens qu’un linge bien sec. Le risque si vous l’étendez dehors  : disséminer ensuite les pollens dans toute la maison.

 

 

Voici 3 liens d’un site précieux pour se renseigner sur la circulation des pollens :

– www.pollens.fr

– Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA)

– Association pollinariums sentinelles de France (APSF) ;

Il existe des applications gratuites vous permettant de suivre l’arrivée des pollens dans votre région, avec l’envoi de notifications pollen par pollen.

J’espère que ces conseils de bons sens vous aideront à mieux vivre en ces périodes d’allergies.

Marie-Capucine 🌷 Guérisseuse-Énergéticienne

 

 

 

La gemmothérapie au secours des allergies saisonnières de printemps

 

La gemmothérapie est l’utilisation de tissus embryonnaires végétaux en croissance tels que jeunes pousses, bourgeons frais, radicelles, préparés par macération dans un mélange eau-alcool-glycérine pour obtenir un extrait que l’on appelle « macérât glycériné ».

Voici les macérâts glycérinés qui pourront aider les personnes victimes d’allergies saisonnières à traverser le printemps plus agréablement.

Je vous propose un complexe qui rééquilibre le terrain allergique, procure rapidement un soulagement, maintient la vitalité sans accoutumance et stimule les forces de défense du corps grâce à l’action synergique de 3 extraits :

Le cassis (Ribes nigrum)
Qui facilite selon Sainte Hildegarde, l’action des plantes qui lui sont associées. Il possède des propriétés toniques sur les glandes endocriniennes et plus particulièrement sur les glandes surrénales, ce qui permet d’augmenter naturellement le taux de cortisol dans le sang.

Le romarin (rosmarinus officinalis) exerce une action anti-toxique sur le foie. Il piège les radicaux libres et lutte efficacement contre la fatigue et la somnolence. Grâce à son action, les toxines allergiques sont éliminées de l’organisme.

La propolis, réputée comme antibiotique de la ruche, augmente la résistance de l’organisme. Ce mastic végétal est récolté par abeilles sur les bourgeons de certains arbres et plantes aromatiques. Elle s’associe donc parfaitement avec d’autres extraits de bourgeons. Son action antiallergique, antivirale et antibiotique est due à la présence de résines aromatiques (flavonosides, huiles essentielles) qui s’avèrent de puissants stimulants du système immunitaire (augmentation de la synthèse d’anticorps). Elle exerce une action privilégies sur le système respiratoire.

 

 

Parmi les autres macérats glycérinés je vous conseille également :
  • Le hêtre (Fagus Sylvatica) qui stimule puissamment l’immunité et favorise l’oxygénation des cellules. Il a une action antiallergique et antihistaminique.
  •  La Viorne mancienne (Viburnum lantana)
    Elle est surtout considérer comme un drainer des poumons. A ce titre elle est utilisée dans les manifestations allergiques et l’asthme. Citons son action sédative sur le système neuro-végétatif pulmonaire. C’est le grand remède des rhinites spasmodiques chroniques.
    La viorne se rattache à la loge Poumon/Gros intestin en médecine chinoise.
    Elle est indiquée également dans l’eczéma atopique.
  • Le rosier sauvage (rosa canina)                                                                                                         C’est le remède de la sphère oto-rhino-laryngologique. Il stimule les défenses immunitaires et agit contre les inflammations à répétition, notamment des muqueuses. Il a une bonne action contre les problèmes de peau. C’est un très bon macérât pour les enfants car il normalise les troubles de croissance.

 

Marie-Capucine 🌹 Guérisseuse-Énergéticienne

Source : La gemmothérapie (médecine des bourgeons)
De Philippe Andrianne aux Editions Amyris